3 points pour réussir sa migration vers le cloud

passcloud_0.jpg

 

En passant de 900 millions en 2007 à quasiment 6 milliards d'euros en 2016, le marché français du cloud computing a connu une progression de plus 500% en 10 ans. À en croire les prévisions de Markess International, d'ici à la fin 2018, deux entreprises de plus de 10 salariés sur trois feront appel à un service cloud.
Services financiers et bancaires, e-commerce, tourisme, santé, éducation... De la PME au grand compte en passant par les décideurs de l'Etat et des collectivités, pas un secteur ne résiste à la multiplicité de ses applications qui sont autant d'atouts en termes de flexibilité, de rapidité de déploiements, d'évolutivité ou de réduction des coûts.

 

Cependant, passer d'une infrastructure « classique » à un modèle virtualisé est un changement majeur pour toute organisation. Parallèlement à l'attractivité qu'exerce le cloud, des sujets d'appréhension tendent encore à freiner son adoption massive : sécurité et souveraineté des données, complexité des infrastructures, manque de transparence des fournisseurs voire même absence totale de visibilité sur la réalité des performances promises.
Là, comme pour tout autre contrat de prestation de services, prudence et bon sens sont de rigueur car bien évidemment tous les clouds ne se valent pas et chaque déploiement doit être adapté aux enjeux spécifiques d'une organisation.

Le passage au cloud ne doit pas être une décision unilatérale

Loin d’être un effet de mode, le cloud est une vraie révolution. Particulièrement stratégique, il induit de nouvelles formes d’organisation et de gestion qu’il est essentiel de prendre en compte pour faire de ses projets d’implémentation une réussite. Et pour 62% des décideurs informatiques dans le monde, cette dernière repose essentiellement sur la collaboration entre métiers et le service informatique.
Si un état des lieux de l’existant est un préalable nécessaire pour confronter la réalité des besoins et contraintes aux différentes formules d’externalisation disponibles (infogérance, délocalisation des activités de service, hébergement), la conduite d’un projet de migration vers le cloud représente l’opportunité rêvée de repenser son système d’information en plaçant l’utilisateur au cœur de sa réflexion globale.
À la fois initiateur et récepteur du projet, il n’hésite plus en cas de frustration à court-circuiter l’informatique interne avec des solutions self-service au paiement à la demande et finalement, quel que soit le modèle retenu ou les prestataires choisis, c’est bel et bien la qualité du service rendu et la capacité du département informatique à réussir sa mutation vers le cloud qui fera toute la différence.

Le passage au cloud a une incidence et un impact direct sur le niveau de service, la gouvernance et la sécurité. Aussi, il est prioritaire de commencer par identifier précisément les données, traitements ou services concernés par la migration. Faire un audit préalable avec l’assistance d’un expert indépendant qui connaît les processus, les besoins en ressources informatiques, le budget et les exigences sur la gestion de données propres à l’entreprise peut contribuer à réaliser un cahier des charges en phase avec les besoins réels.

La performance n’est rien sans le contrôle et la vérification du respect des engagements contractuels

La confiance est la base de toute relation et la confiance n’exclut pas le contrôle. Bien au contraire, elle se mérite, à l’épreuve des faits tangibles. Une étude réalisée par Compuware en 2014 révélait que ¾ des entreprises ne faisaient pas confiance à leur fournisseur de Cloud. En cause, le manque de visibilité sur les performances réelles des prestations fournies. Cette opacité a contribué à instaurer un climat de défiance, 73% des entreprises soupçonnant leurs prestataires de cacher des problèmes d’infrastructure susceptibles d’impacter les performances des applications.

Aujourd’hui, il n’y a plus aucune raison valable de rester dans le brouillard, des outils indépendants permettent de suivre et contrôler, au quotidien et en toute impartialité la qualité de services de sa plateforme cloud. Leur utilisation permet par ailleurs mieux dialoguer avec son fournisseur sur la base d’une information fiable et un retour d’expérience argumenté.

Gérer la flexibilité, libérer la productivité : Le meilleur du cloud au juste prix

Pourquoi mettre tous ces œufs dans le même panier ? Faire appel à plusieurs fournisseurs de services cloud permet de profiter des avantages propres à chacun pour élaborer une solution en totale adéquation avec les besoins de l’entreprise et de limiter les risques de pannes et d’indisponibilité.
Selon une étude menée par IDC en 2015, 86% des entreprises prévoyaient d’utiliser le multi-cloud dans d’ici à 2017. Objectifs : bénéficier de la meilleure infrastructure possible, des meilleurs services et des meilleures plateformes.

Pour les y aider, des moteurs d’aide à la décision commencent à se développer pour une gestion à la carte du cloud. Ils permettent de naviguer à ciel ouvert entre les offres des différents fournisseurs et les facteurs de différenciation des prix. Intelligents, ils prennent en compte les spécificités de l’entreprise, son contexte, les orientations de son architecture ou encore sa réglementation interne pour identifier les ressources d'infrastructure en tant que service les plus pertinentes, au meilleur prix.

Source Le Monde Informatique

Mois: 
Avril
Année: 
2017